Comprendre et Gérer sa Multi-potentialité – Partie II

Découvrir qui je suis, ou plutôt : enfin le dire à voix haute !

Je suis une dingo des conférences Ted, je les dévore ! Ma grande passion pour cette forme d’éducation a payé le jour ou je suis tombée sur la conférence d’Emilie Wapnick mentionnant le terme de « Multi-potentiel ». J’étais scotchée ! Je criais à mon mari :

« Regarde, c’est moi, mais c’est moi, elle parle de moi ! » avec la voix d’une groupie !

More...

Ma vie a littéralement changé quand j’ai enfin compris que je n’étais pas la seule. L’isolement que je ressentais n’était donc plus justifié.Je pouvais donc poser un regard différent sur moi-même et mes qualités. Je n’étais plus obligée de partager une vision conformiste. Mais surtout, ce qui m’a le plus interpellée c’est que grâce à Emilie le terme va maintenant se démocratiser, eu égard du nombre de vues et de partage des conférences TED. C’est tout bénéf ! On peut donc commencer à l’utiliser et à le diffuser. Ce que j’ai tout de suite fait, en partageant la vidéo sur mes réseaux sociaux et j’en parle à tire-larigot pour changer les choses.

Cependant, notez que faire un choix c’est important. Si si, c’est important, surtout pour nous. Il faut le faire.

En revanche, pourquoi faire un choix est-il problématique pour les multipotentiels ? Comment faire pour les aider dans cette démarche ?

En fait, pour les multipotentiels le choix ne se situe pas au niveau de la question «Quel métier? », mais plutôt « Quels sont tous les métiers qui m’intéressent ? » #ilikeitlikeit

Je fais quoi maintenant ?

Notre entourage, qu’il soit familial, amical, universitaire, professionnel a beaucoup de sagesse à partager avec nous, n’est-ce pas ?

« Tu sais ta grand mère ne pouvait même pas aller à l’école » ( ça, c’est pour mes followers du globe Nord. Dans mon coin du monde, on disait plutôt : « Tu sais ta mère ne pouvait même pas aller à l’école » )

Voilà une autre raison pour ne pas écouter la sagesse et les conseils de notre entourage. Bien que celui-ci le fasse par bienveillance, parfois il ignore les changements qui s'opèrent dans le monde et possède une vision monomondiale qui en général date d’après-guerre. Et cette mentalité-là, elle est prospécialiste !

Les opinions sur les non-experts sont souvent de nature offensante pour les généralistes que nous sommes. Mais il faut admettre que la plupart des gens ne nous comprennent pas. Pour eux, la norme c‘est grandir et choisir un métier dans lequel on se spécialise. C'est comme ça que la vie est faite. Point barre. Admettez-le, vous même vous pensiez ainsi avant de rencontrer le mot « multi-potentiel ». Cette mentalité de spécialiste a été enfoncée dans nos têtes depuis notre jeune âge à cause notamment du fait que l'enseignement est conçu pour nous pousser à nous spécialiser et à acquérir des compétences solennelles qui ne serviront que le métier d’avenir.

La spécialisation n'est plus une norme indispensable. C’est une attitude prônée par nos temps modernes et donc contextuelle par nature. À d’autres époques, ce qu’on considérait comme un idéal était la capacité à être bon dans plusieurs domaines. J'en veux comme exemple les érudits de la Renaissance.

Bien que vous ayez envie maintenant de commencer à crier haut et fort « Wathever » comme une ado américaine, Je vous demande de vous arrêter !

S’il vous plait, comprenez bien, qu’au lieu de vouloir que tout le monde vous voie à votre juste valeur, il faut que vous le fassiez vous-même.

En tant que dénicheur d’apprentissages (juste une nouvelle façon de dire multipotentiel), vous vivez des périodes d’épuisement subites, juste après avoir vécu un enthousiasme à toute épreuve. S’en suit inévitablement ce que j’appelle la période d’amortissement.

Prenons un exemple, si vous le voulez bien : vous venez de tomber amoureux du dessin et vous vous dites « Ca y’est j ‘ai trouvé c’est ça mon but dans la vie ! »

Vous êtes dans la période lune de miel. Vous vous éclatez.

Puis à un moment donné, vous réalisez que vous avez fait le tour de la chose. Vous savez tout ce qu’il y a à savoir sur le dessin. Vous vous faites une cartographie mentale du spectre du dessin. Et puis, c’est fini ! Ça ne vous stimule plus. C’est du déjà vu.

Vous entrez alors dans la période d’amortissement où vous essayez, tant bien que mal, de vous persuader que si si, le dessin c’est votre vie et que vous devez utiliser toutes ces connaissances apprises … Cette période dite d’amortissement est caractérisée par le questionnement sous forme de : Est-ce que je me suis planté ?

Ensuite, vous arrivez au moment fatidique, auquel vous n’échapperez pas, qui est celui de «C’est fini le dessin, je laisse tomber » et le dessin trouve sa place parmi les autres « projets semi-finis ».

On est des drogués, faut le dire ! Notre drogue à nous c’est la nouveauté. Les nouvelles idées, les nouveaux projets et les nouvelles passions. Parce qu’on aiiiiiime apprendre de nouvelles choses, on voit en chaque domaine une opportunité d'apprentissage et nous cherchons toujours plus, plus, pour nourrir cette dépendance au savoir. Alors on butine.

Je fais quoi maintenant ?

Mais attention. Vous n’allez pas butiner que :

  • cette semaine, ou
  • ce mois, ou
  • cette année ou encore
  • pendant les études

Non c’est pour toujours. La multipotentialité c’est pour la vie.

Qu’est-ce qu’on fait alors pour tenir cette distance (la vie) ?

Comment exactement ?

Si vous venez de découvrir que le fait d'avoir de multiples intérêts n'est pas vraiment un «problème» qui doit être réglé, mais plutôt une bénédiction des temps modernes, sachez qu’il ne suffit pas simplement d’avoir l’information. Il faut la gérer. Autrement dit, nous devons nous équiper pour manager au mieux ce trait de personnalité qui a plus avoir avec le marathon que le sprint.

« Alors je fais quoi maintenant ? » Ha ! I’m glad you asked. Voici quelques basiques :

  • Apprendre à « Nasty » (Quoi vous n’appelez pas votre voix intérieure « Nasty ») à dire, en cas d’excitation subite pour un nouveau projet : « Non, je ne changerai pas, je vais continuer à travailler sur ce que j’ai entre les mains ». Dites-vous bien que votre énergie et enthousiasme du début ne durera pas et va évoluer, et c’est normal. C’est la raison pour laquelle des pauses pour respirer et se ressourcer sont des moyens infaillibles pour prendre soin de sa multipotentialité.

  • Donnez-vous une tape sur le dos. Une célébration pour chaque progrès est nécessaire. Pourquoi ? Parce qu’un projet, ça prend du temps et ça ne démontre pas tout de suite des résultats. Vous risquez donc d’abandonner rapidement dès que vous en avez fait le tour. D’ailleurs en parlant de ça, je vais en profiter pour vous inviter à définir ce qu’un projet fini veut dire pour vous ? À quoi ressemble la finalité à vos yeux ? D’après vous, « J’aimerais tellement apprendre comment réaliser des films » est ce que c’est la même chose que « Devenir réalisateur ». #Jenecroispasnon. Pour l’un, un tour sur google et vous le saurez assez rapidement. Pour l’autre, ça pourrait prendre toute une vie.

Une célébration pour chaque progrès


  • Planifier ses intérêts : Guess what, il s’agit d’utiliser un agenda. Barbara SHER s’en donne à coeur joie quand elle fait part de cette stratégie. Check her on Youtube. Je te propose d’écrire sur une feuille la liste de tous les métiers, les classer par sphère et d’y ajouter la notion : quand pourrais-je/voudrais-je faire cela ? N’oubliez pas, dans la norme on travaille jusqu’a 65 ans. Si vous avez aujourd’hui 30 ans, estimez donc dans les 30 prochaines années quelle énergie souhaitez-vous consacrer, et à quoi, professionnellement parlant. L’échelle de temps à considérer est donc sans doute plus importante que ce que vous pensiez jusqu’ici.

  • Donner la priorité aux priorités : choisir en fonction de ce qui nous importe, c’est cela même qu’on appelle la priorité. Si vous voulez adopter la méthode d’Allen David allez-y, c’est celle que j’adopte aussi. Comment ? Je vais vous dire. Dans la liste que vous avez établie précédemment (oui il faut les faire les exercices) posez-vous la question suivante : quels sont les métiers /sphères importants ET urgents pour moi aujourd’hui ? Si vous vous retrouvez avec trop d’options, prenez en compte votre intuition. Vous verrez que si vous vous donnez la permission de lister TOUT ce qui vous plaît, vous allez trouver des thèmes en commun et allez pouvoir identifier de façon plus précise vos sphères d’intérêts.
Donner la priorité aux priorités


  • Vivre au jour le jour est presque indispensable pour nous. Notre multipotentialité nous oblige à nous situer temporellement dans la vie et donc de considérer toute notre vie (comme dans la vie entière) pour faire ce qu’on a envie de faire. Ce qui signifie: chaque projet en son temps. Nous devons donc respecter un projet jusqu’a ce que celui-ci soit arrivé à sa date de péremption et là nous sommes libérés et fin prêt pour en débuter un autre. Got it ? Tout ne se joue pas en un instant. Même si parfois la vie peut sembler comme un jeu de poker, c’est seulement parfois. Le reste du temps, ce n’est pas du poker. C'est du planning, du travail, de la persévérance… Je peux compter sur les doigts d’une main les personnes qui peuvent dire solennellement « J’ai pas vraiment prévu, ça m’est complètement tombé sur la tête » !

  • Porte-parole : Il va falloir endosser votre costume de vendeur, car si nous ne faisons pas la publicité de notre multipotentialité, elle risque de ne jamais passer du statut « instabilité » au statut « nécessité » ou mieux encore « talent ». Nos amis spécialistes seront alors bien contents de partager leur grande popularité avec nous. Car ils sont depuis bien longtemps porteurs du fardeau qui va avec.

  • Confiance en soi et en l’avenir : Ain’t nobody there waiting for you my friend. Alors, prends ta vie en main, fais-toi confiance et adopte mon slogan anglophone (of course) :

Allez voir la chaîne de mon amie Manal Idbali et prenez de la vitamine confiance

Dernier conseil :

Ne restez jamais seul. Nous avons tous besoin d'aide, de soutien, de réconfort et de quelqu'un pour discuter des problèmes auxquels nous sommes confrontés. Et surtout, nous avons besoin d’une personne qui peut donner une nouvelle perspective, rafraîchissante et qui vous sied à vous, qui vous sert. C’est à cela que servent les coachs.

Pour stimuler votre réflexion, Réservez une séance de Coaching -découverte Gratuite avec Me.

À emporter:


  • Partager une vision conformiste est plus difficile quand on est un non-conformiste !
  • Plus on est différent des autres, plus il faut travailler sur soi et être sa propre lanterne. Yes Buddy « You are a genie in a bottle » !
  • À partir du moment où tu prends conscience de ta différence, tu ne pourras plus revenir en arrière et ignorer cet apprentissage
  • Souvent on souffre, non pas parce qu’on est différent, mais parce qu’on choisit consciemment d’ignorer et de trahir sa différence.

L'expérience d'être un spécialiste

Vous avez Aimé cet Article ?

Ce contenu peut aider quelqu'un que vous connaissez ? Alors Partagez-le sur les Réseaux en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Vous allez Adorer

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Super article vraiment! Moi qui suis fan de découverte et de nouveauté à haute dose (vive la multi-potentialité!^^) je ne m’étais pourtant jamais posé la question , juste le sentiment de ne pas appartenir à la norme, toujours a côté des priorités des autres, comme jamais satisfaite. maintenant je vais pouvoir explorer ce concept de multi-potentialité et enfin faire taire mes angoisses! Merci Ghizlane! =)

    • Merci Melanie 🙂 Une nouvelle perspective sur ce que nous sommes peut nous aider à changer de vie et celle de voir la multi-potentialité comme un talent est une excellente perspective a avoir. Je te félicite de l’accueillir avec curiosité et envie d’en savoir plus…plus multi-potentiel tu meurs 😉