3 façons (peu utilisées) de prendre de bonnes décisions °VIDEO°


Il n’y a pas si longtemps, une amie me faisait part de la difficulté qu’elle avait à choisir les études universitaires qu’elle allait poursuivre.

Elle avait passé 5 ans à faire de la comptabilité et avait décidé, il y a quelques mois, de tout plaquer et de changer de carrière.

Elle hésitait entre le Marketing et la Psychologie, deux domaines qu’elle aimait, sans savoir vers lequel elle devait se pencher.

Elle m’expliquait qu’elle avait utilisé les méthodes rationnelles de prise de décision pour choisir son métier de Comptable. Cependant, maintenant qu’elle a décidé de changer de vie, elle voulait également changer de moyen de prise de décision.

" A quoi bon changer de vie, si ​je ne change pas ma façon de décider ! " me dit-elle.

Je lui ai proposé plusieurs méthodes non orthodoxes de prise de décision et en voici 3 qu’elle a approuvé :

More...







1° Se connecter avec son corps

Quand vous êtes sur le point de prendre une grande décision, posez-vous la question suivante : comment je me sens dans mon corps quand je pense à l'option A ? Et la même question quand je pense à l'option B ? 

Le corps nous envoie en permanence des signaux qui sont généralement très subtils: picotements ou mal de tête. Personnellement dès que la décision que je vais prendre est mauvaise pour moi, mon tunnel carpien se réveille. Un hasard ? Je ne pense pas. À force de m’observer, j’ai la capacité aujourd’hui, de repérer les signaux de mon corps, mais aussi de les interpréter.


Ne vous inquiétez pas, cette stratégie se bonifie avec le temps bien entendu, mais aussi avec la pratique de la méditation, parfait moyen pour s’observer.

Cela prends du temps comme toutes les bonnes choses dans la vie.


2° Expérimente et tire tes propres conclusions

Et c’est encore plus vrai pour les personnes qui demandent toujours aux autres ce qu’elles devraient faire.

Je le sais, parce que je le faisais aussi, je cherchais les réponses à l’extérieur de moi-même, en posant la question aux autres:

Que penses-tu que je devrais faire ?

Tu crois que je devrais acheter cette robe ?

Je ne sais pas si je devrai mettre fin à cette relation, qu’en penses-tu ?

Avec le recul, aujourd’hui, j’ai l’impression que je travaillais pour un Institut de Sondage. Cette stratégie constitue donc le remède parfait pour les sondeurs compulsifs.

Il faut demander à la bonne personne et cette personne c’est vous.

Faites-vous confiance et ayez surtout foi en votre capacité à prendre la bonne décision pour vous.

Même si les conséquences de votre décision sont fâcheuses, dites-vous bien, que vous avez la capacité et le potentiel pour retourner n’importe quelle situation à votre avantage et de résoudre toute problématique.

3° Blason personnel

On prend des décisions selon des critères.

Choisir en fonction de la tradition familiale ou culturelle est un exemple de critère.

Mais les meilleures décisions sont les décisions prises avec nos propres critères, nos critères internes, nos valeurs, notre boussole.

​Vous pouvez déterminer les vôtres avec l’exercice du blason personnel.

​Comme dans la série Games of Thrones, vous aussi, ayez votre propre blason avec votre propre "Winter is coming".

C'est un exercice qui vous permettra de faire passer le test du blason personnel à chaque décision importante.

Voici un exemple: si la famille est une valeur primordiale pour vous et qu’elle fait partie de votre blason, allez-vous vraiment accepter ce travail à 500 kilomètres de chez vous ?

Avec le blason personnel, vous pouvez facilement décider si cette offre d'emploi va vous rendre heureux ou misérable. Vous n'aurez plus à passer des heures et des jours à vous demander et si c’est une opportunité en or car grâce à votre blason, vous savez que ce n'est pas le cas.

Voyez-vous comment le blason peut vous permettre de prendre les meilleures décisions possibles qui vous ressemblent et qui sont en accord avec vous même et ce sans aucune perte de temps ?


Avant de vous quitter, je dois rappeler ici que se sentir anxieux ou paralysé devant une grande décision est tout à fait normal.

La plupart de nos grandes décisions ont des conséquences sur le long terme et on ressent de la pression, car on ne veut pas se tromper.

Mais se tromper n’a rien de mal. Parfois, il vaut mieux se tromper en faisant un choix que de ne pas faire de choix du tout.

Cela revient à accepter le principe du « Droit à l’erreur » comme la chanson d’Amel Bent, ou si vous êtes comme moi, porté sur la musique soul, « Right to be wrong » de Joss Stone.

Mais c’est avec George Clemenceau qu’on va « wrap-up » cet article. 

Cette citation en dit long sur la difficulté à prendre des décisions quand on est plusieurs et va vous convaincre une bonne fois pour toute de ne prendre des décisions qu'avec votre propre comité exécutif : vous et votre tête.




​Ghighi

Ghizlane Sablé







Vous avez Aimé cet Article ?

Vous allez Adorer

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • C’est drôle, car c’est demain que je fois decider si je change d’emploi ou si je reste là où je suis…..J’angoisse depuis hier…..

    Cette lecture ma fait du bien et m’a rappelé la vidéo de François Lemay sur nos 4 grandes valeurs fondamentales qui doivent dicter notre propre direction …

    Continue! ☺

    Merci !